MESSAGE DE LA PRÉSIDENCE DE L’INTERRÉGION

« Agir… non… être contraint »

Act main image

« Comme son Église reste indépendante par- dessus toutes choses, nous aussi, ses enfants, devons apprendre à être indépendants. »

David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, était récemment dans l’interrégion d’Afrique du Sud- est et, à une occasion, alors qu’il s’adressait à un groupe de jeunes adultes seuls, il a levé ses Écritures : « Ces Écritures sont un objet. » « Elles n’ont pas la capacité de se mouvoir seules à moins que je ne les meuve », a- t- il dit lorsqu’il les a levées pour démontrer à l’assemblée. « Vous et moi, cependant, sommes des agents. Nous avons en nous le pouvoir d’agir, non pas d’être contraints. » Dans cet exemple simple, frère Bednar nous a enseigné tous que nous pouvons agir, nous pouvons choisir. Nous avons le pouvoir de faire par nous- mêmes ce que nous choisissons de faire.

Ce principe d’action ou de libre arbitre, appelé libre arbitre moral dans les Doctrine et Alliances, est essentiel à l’Évangile rétabli de Jésus- Christ. Il est à la base du plan de Dieu pour ses enfants, le plan du salut. Dans le Livre de Mormon, le prophète Léhi a enseigné : « [Dieu] a tout créé, aussi bien les cieux que la terre, et tout ce qui s’y trouve, tant les choses qui se meuvent que les choses qui sont mues… 

« [Et] le Seigneur Dieu donna à l’homme d’agir par lui- même…

« …Et parce que [les hommes] sont rachetés de la chute, ils sont devenus libres à jamais… pour agir par eux- mêmes et non pour être contraints » (2 Néphi 2:14, 16, 26 ; accent ajouté).

De nos jours, le Seigneur a déclaré par l’intermédiaire du prophet Joseph Smith que « les hommes doivent œuvrer avec zèle à une bonne cause, faire beaucoup de choses de leur plein gré et produire beaucoup de justice.

« Car ils ont en eux le pouvoir d’agir par eux- mêmes » (D&A 58:27- 28 ; accent ajouté). Réfléchissez à cette déclaration : Nous sommes dotés du libre arbitre pour œuvrer avec zèle. Nous avons le pouvoir d’agir par nous- mêmes.

Act image one

Lors d’une tournée de mission récemment, j’ai rencontré un jeune missionnaire du nom de frère Tshiambwe. Il est venu d’un petit village dans une partie reculée de l’Afrique. Il voulait faire une mission, mais n’était pas en mesure de se procurer même les éléments de base, comme un passeport, nécessaires pour se préparer pour un appel à servir. Lui et son père ont élaboré un plan. Frère Tshiambwe avait un vélo et il transportait des bananes de chez nombreux petits producteurs de bananes de la région jusqu’aux marchés des plus grands villages. Son activité de transport de bananes lui rapportait un revenu modeste mais régulier à partir duquel il était en mesure d’économiser pour sa mission. Pendant plusieurs années, il a économisé et planifié sa mission. Lorsqu’il était enfin prêt, il a reçu un appel du président de l’Église pour servir dans son pays natal. Il est maintenant rentré de sa mission, mais il n’est pas surprenant qu’il ait servi ave honneur et distinction. Il avait appris dans sa jeunesse qu’il était un agent, non pas un objet. Il avait la capacité d’agir, non pas d’être contraint. Frère Tshiambwe était doté du libre arbitre pour agir et prendre le contrôle de sa vie. Je suis confiant qu’il ira de l’avant et fera beaucoup de bonnes choses dans sa vie grâce à ces leçons apprises.

Act image two

Il n’y a pas longtemps, j’étais dans un autre pays tenant une réunion spirituelle des jeunes adultes. Pendant la période de questions et réponses lors de la réunion, un jeune frère a levé sa main et a posé la question de savoir quand l’Église fournirait plus d’aide financière aux jeunes adultes afin de les aider à devenir autonomes. J’y ai réfléchi un moment et je me suis senti poussé de lui demander s’il avait fait une mission. Il a répondu qu’il l’avait fait. Je lui ai demandé s’il avait appris à se fixer des buts pendant sa mission, à planifier, à exercer la foi et à travailler avec diligence. Il était bon enfant à ce sujet et a souri en répondant qu’il avait en fait acquis ces compétences pratiques. Je lui ai alors dit : « Vous êtes un agent, non pas un objet. Vous avez la capacité d’agir et de faire tout ce que vous choisissez de faire. On vous a appris tout ce dont vous avez besoin pour réussir dans la vie. Maintenant, c’est à vous d’aller de l’avant avec foi et d’agir, plutôt que de vous croiser les bras et d’attendre que vous soyez contraint. » J’espère qu’il a ressenti mon amour pour lui et que d’une manière ou d’une autre cette discussion l’a aidé à réorienter sa vision pour lui- même.

 

Même au début de l’Église, lorsque les nouveaux convertis eurent du mal à comprendre pleinement tout ce que Dieu leur avait préparé, le Seigneur donna l’instruction au prophète Joseph Smith qu’ils devaient apprendre à être indépendants, à être des agents plutôt que des objets. « Malgré les tribulations qui s’abattront sur vous, l’Église reste indépendante par- dessus toutes les autres créations. » (D&A 78:14). Comme son Église reste indépendante par- dessus toutes choses, nous aussi, ses enfants, devons apprendre à être indépendants. « Ils ont le pouvoir en eux », dit l’Écriture. Nous sommes des agents, non pas des objets. Nous pouvons agir et non pas être contraints.

 

Je témoigne que chacun de nous  « est un fils ou une fille d’esprit aimé de parents célestes, et, à ce titre, chacun a une nature et une destinée divines. » (« La famille, déclaration au monde, » Le Liahona, Mai 2017, 145). À ce titre, nous avons le potentiel donné par Dieu de sortir de nos circonstances, quelles qu’elles soient, et de rester de manière indépendante comme des agents et non pas comme des objets. Nous avons été instruits de « faire beaucoup de bonnes choses de [notre] plein gré » (D&A 58:27). Si nous allons de l’avant avec foi, notre Père céleste ne nous laissera pas faillir dans cette noble quête.

Act image three