MESSAGE DES DIRIGEANTS LOCAUX DE LA PRÊTRISE

Le service compatissant

Doctor with Stethoscope

« Lorsque nous devenons membres de l’Église du Seigneur, nous devons avoir de l’amour les uns pour les autres, car si nous avons de l’amour, nous serons appelés disciples du Seigneur. »

En mars 2013, j’ai participé à la réunion de formation des dirigeants de la prêtrise au cours de laquelle Dieter F. Uchtdorf a déclaré que si nous voulons quitter la pauvreté, nous devons observer ces trois choses :

- Payer une dîme complète et honnête

- Payer une offrande de jeûne généreuse

- Rendre un service compatissant.

Mes chers frères et sœurs, mon message concerne le troisième point du président Uchtdorf, à savoir : le « service compatissant ».

Le service compatissant est un service entouré d’amour sincère et profond envers autrui. Lorsque nous devenons membres de l’Église du Seigneur, nous devons avoir de l’amour les uns pour les autres, car si nous avons de l’amour, nous serons appelés disciples du Seigneur (Jean 13 :34-35). En tant que disciples du Seigneur, nous avons un devoir impérieux de modeler notre vie sur le Sauveur. Notre vie doit être telle que personne ne puisse nier que nous aimons le Sauveur et que nous nous efforçons de le suivre et de mettre en pratique ses enseignements. Le Sauveur nous a appris le service désintéressé lorsqu’il a dit : « Vous m’appelez Maître et Seigneur ; et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns les autres ; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. » (Jean 13 :13-15).

Cette Église, qui est la seule Église du Seigneur, est parfaitement organisée pour que chaque homme, chaque femme et chaque enfant puisse avoir l’occasion de faire quelques choses pour quelqu’un d’autre. Servir et faire la volonté de Dieu sont l’obligation de tous les disciples du Seigneur. Notre amour pour le Seigneur doit se traduire par le service chrétien.

Thomas S. Monson a dit : « Nous sommes entourés des gens qui ont besoin de notre attention, de nos encouragements, de notre soutien, de notre réconfort, de notre gentillesse. Nous sommes les mains du Seigneur ici sur la terre, avec la mission de servir et d’aider ses enfants. Il dépend de chacun de nous. » Nous devons le faire sans chercher de la gloire, ni pour recevoir la récompense de notre Seigneur Jésus-Christ. Les gens dans l’interrégion d’Afrique du Sud-est ont vraiment besoin de l’Évangile de Jésus-Christ, et nous savons que l’Église, qui est le royaume de Dieu sur la terre, a une mission auprès de toutes les nations comme l’a dit le Seigneur et Sauveur Jésus-Christ : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » (Matthieu 28 :19-20). En suivant cette exhortation, si nous, membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, mettions en pratique les recommandations de notre prophète, je suis convaincu que notre service auprès des habitants de cette région va changer leur mode de vie, car le service pastoral est le meilleur moyen de s’occuper des autres et de les servir. 

Pour ce faire, nous devons rechercher de l’amour. Il faudra que chacun de nous recherche diligemment cet amour pur du Christ. Comme l’a si bien dit Moroni dans le Livre de Mormon : « C’est pourquoi, mes frères bien aimés, si vous n’avez pas la charité, vous n’êtes rien, car la charité ne périt jamais. C’est pourquoi, attachez-vous à la charité, qui est ce qu’il y a de plus grand, car tout succombera ; mais la charité est l’amour pur du Christ, et elle subsiste à jamais ; et tout ira bien pour quiconque sera trouvé la possédant au dernier jour. » (Moroni 7 : 46-47). Voilà pourquoi nous sommes appelés à aimer nos proches, nos voisins, notre entourage et tout le monde, que ce soient les membres de l’Église ou pas. Qui sait que par notre service désintéressé, ils deviendront membres un jour.

Il y a de cela des années, j’étais médecin superviseur dans un hôpital à Lubumbashi. Un jour, j’ai reçu en consultation un jeune couple. Le mari accompagnait son épouse enceinte pour me voir. Après consultation et examen des résultats de laboratoire, j’ai mis en évidence l’anémie sévère. Le cours normal du traitement était de faire la transfusion de sang, mais elle a refusé parce que sa foi, « Les Témoins de Jéhovah », interdisait une telle intervention médicale. À la place de cela, j’ai recommandé un traitement à base de médicaments. Ils ont avoué qu'ils n'avaient pas d'argent pour payer la consultation ou le traitement.

Connaissant leur situation financière, je suis allé à la pharmacie et j’ai acheté tous les médicaments nécessaires. Je me suis rendu à la caisse et j’ai payé les frais d’examens de laboratoire et autres frais y afférents. Lorsque je suis revenu au bureau et lui ai dit ce que j’avais fait, elle a eu les larmes aux yeux. Je lui ai dit que je savais intimement que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ la soutiendrait et lui donnerait cet enfant, et que je prierais pour que cela soit ainsi. Un année après, au centre-ville de Lubumbashi, j’ai vu un couple avec un enfant venir vers moi. Ils se sont arrêtés et la femme a dit : « Docteur, voici l’enfant que vous nous avez aidé à avoir et, nous n’oublierons jamais ce que vous avez fait. Merci vraiment. » Les larmes aux yeux, j’ai pris l’enfant dans mes bras et j’ai silencieusement remercié le Seigneur. 

Notre amour pour le Sauveur nous pousse à servir nos semblables quelle que soit leur affiliation religieuse. Nous devons savoir qu’ils sont enfants de Dieu et que nous avons l’honneur de leur rendre service.

Mon épouse, Séraphine, est une personne formidable. Lorsqu’elle a eu sa bénédiction patriarcale, le Seigneur lui a dit à travers le patriarche : « Vous êtes une maîtresse, un appel noble. Afin de pouvoir servir tout le monde, votre Père vous a donné cet appel de maîtresse pour que vous puissiez le servir. Servez-le en aidant tout le monde que ce soient les membres de votre propre famille restreinte, de votre famille élargie, que ce soit du côté de la famille de votre mari, ou du côté de l’Église, nourrissez-les tous et soutenez tout le monde afin que l’œuvre de Dieu, notre Père, aille de l’avant. » 

Depuis le temps qu’elle a reçu cette bénédiction, elle sert et nourrit tout le monde. Personne ne peut entrer dans notre maison et sortir sans manger ne fût-ce qu’un petit rien. Je vois mon épouse remplir son appel et faire vraiment des efforts pour que cela soit toujours ainsi. Si nous faisons tous de notre mieux pour servir les autres, l’œuvre de notre Père ira de l’avant et le monde serait meilleur parce que les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se servent les uns les autres et servent leurs prochains. 

Je sais de tout mon cœur que Russell M. Nelson est réellement le prophète de Dieu. Pendant de longues années, il a été préparé pour être là où il est aujourd’hui. Je sais aussi que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est le royaume de Dieu sur la terre et que le Seigneur la dirige lui-même à travers son prophète. C’est la seule Église sur la terre où la prêtrise est détenue par chaque homme digne, c’est la seule Église où un mari, détenant la prêtrise du Seigneur, peut imposer ses mains sur la tête de sa femme ou de ses enfants pour accorder la bénédiction de la prêtrise.